•  

28 août 2014

Reims

RECONVERSION DE L'ANCIEN COLLèGE DES JéSUITES

01 mai 2014

[ Interstice #17 ]

Devenir une ville...

'Devenir une ville au lieu d’une agglomération (…) Pour cela, il faut améliorer sans cesse les communications, et pas seulement les télécommunications, mais surtout : le face à face, le coude à coude,  la tête à tête, le corps à corps, le seul à seul. Il faut construire des compatibilités (…) Pour aller de l’homme à l’homme, il y a tant de chaînons manquants. Là se situe la place de l’homme dans la ville : celle d’un médiateur.'

Bertrand Préel, La ville à Venir, éd. Descartes et cie, Paris, 1994.

16 octobre 2013

Construction du Pôle de recherche chimie Balard - Montpellier

Concours Gagné


Paysage - Un parcours sur le thème de l’affleurement : 

Le pôle bâti s’accroche à flanc de coteau, tantôt englobé dans la pente, tantôt soulevé du sol par des failles horizontales. Le parcours à travers le bâtiment se fait ainsi en perméabilité, au plus proche du sol naturel, de sa nature souple, de sa géologie. La roche, affleurante, partout perceptible aujourd’hui dans les espaces boisés du site sera mise en scène dans sa
conjugaison avec le végétal : c’est le thème de l’affleurement qui guidera le parcours.
Le dialogue entre minéral et végétal s’établit au fur et à mesure du parcours, sur le parvis, dans le grand hall puis dans le jardin et enfin à travers le traitement en  escaliers et en gradins, sur la pente au Sud. Il s’agit de faire resurgir la roche calcaire en différents états : lames de roche dressées, lames de pierres, grands rochers bruts, parfois sciés, blocs de carrière, éclats de grandes pierre plates dans la pelouse. Cette évocation de l’affleurement est aussi un clin d’oeil à l’histoire de la recherche scientifique montpelliéraine : la faculté des Sciences fut en effet un important berceau de la géologie.

L'équipe : 
Reichen et Robert et Associés, architectes mandataires
Format Paysage, paysagistes
Grontmij, BET
OASIS, BET HQE
CIAL, BET acoustique.

http://www.atelier-format-paysage.com/projets/jardins-lieux-de-travail/montpellier

15 octobre 2013

[ Interstice #16 ]

la possession de nous-mêmes

 

'Pour retrouver la possession de nous-mêmes, sans doute devrons-nous commencer par reprendre possession du paysage et par le restructurer dans son ensemble. (…) On doit imaginer des bandes continues de terrains publics, serpentant à travers l’ensemble du paysage et le rendant accessible à la fois aux riverains et aux touristes.'

Lewis Mumford, Landscape and townscape, paru dans Landscape, 1960.

10 octobre 2013

OPERATION 26 AVENUE DE L’OBSERVATOIRE. PARIS [XIV].

Concours (perdu...) pour la construction d'une résidence étudiante et d'une maison relais.


Le projet de paysage

La parcelle est située aux abords d’un cœur d’ilot très arboré d’une très grande qualité  de paysage, qui étonne par ses dimensions de l’ordre du parc, en plein cœur de Paris.
On souhaite par le projet des extérieurs travailler à une assiette de sol continu, en forme de vallon. C’est une ondulation douce qui  relie simplement  les deux niveaux de référence et des espaces a priori segmentés. Il s’agit à travers ce ruban de paysage d’exprimer une topographie naturelle, souple et délicate, intégrant toutes les fonctions. 
L’atmosphère végétale sera celle d’un vallon frais, verdoyant, où des lignes de fougères répondront aux lignes de graminées  d’où émergeront quelques fleurs blanche de Gaura  et d’astilbes. Les amélanchiers dispersés dans le vallon l’éclaireront tout le printemps de leur abondante floraison blanche ; leur répondront, par touche, des camélias à la floraison automnale et hivernale. Un petit jardin secret de fougères et de grimpantes volubiles prend place sur la cour de jour actuelle. Des murs verdoyants forment un écrin vertical à ce micropaysage : s’y développent les ampelopsis, les bignones et quelques clématites ...


L'équipe :
Atelier Catherine Dormoy, architectes
Format Paysage, paysagistes.

http://www.atelier-format-paysage.com/projets/jardins-residentiels/paris

02 octobre 2013

[ Interstice #15 ]

Ceux qui ne supportent pas la privation des parcs déménagent

‘Ceux qui ne supportent pas la privation des parcs déménagent, quand ils en ont les moyens ( …) vers les banlieues verdoyantes et spacieuses ; et cette solution simpliste eut pour résultat de congestionner toujours davantage la cité proprement dite et de repousser la pleine campagne toujours plus loin de son centre. Nous nous devons d’accorder davantage d’importance à la fonction biologique des espaces libres (…) Les espaces libres ont rôle social, trop souvent négligé au profit de leur seule fonction hygiénique. ’

Lewis Mumford, Landscape and townscape.

26 septembre 2013

Les tours Limousin - Spectacle son et lumière pour l'inauguration du "Clos des Lys"

METZ - Get Lucky @Borny

 

Le Son et Lumière
http://www.youtube.com/watch?v=23EM6BDAtkk

L'inauguration - Les Ecolotrucs à Borny 
http://www.youtube.com/watch?v=ruqbaPE2_ZE

"Après leur rénovation complète, "les 4 tours du Limousin" s'ouvrent aux habitants sous un nouveau jour. Appartements comme neufs, communs et mobiliers urbains de qualité, et donc une nouvelle identité : "Le Clos des Lys". 
La manifestation du 21 septembre a été l'occasion de proposer une grande fête, animée par le collectif associatif des Ecolotrucs, Bouche à Oreille et les artistes de la cour du Languedoc du "Bœuf sur le toit", Metz en Scène et "Flying Orkestar", avec en point d'orgue un son et lumière inédit sur l'édifice. 
L'inauguration s'est déroulée en présence du Maire de Metz, de la présidente du Metz Habitat Territoire, et des représentants de l'Etat et des collectivités territoriales."
Source : Le Républicain Lorrain - 24/09/2013

http://www.atelier-format-paysage.com/projets/jardins-residentiels/metz-limousin

15 août 2013

[ Interstice #14 ]

l'horizon

 

 

‘Il n’y a pas d’espace sans horizon. Et derrière cet horizon qui cadre le paysage, il y a un autre paysage à découvrir. L’horizon, là où se touchent le ciel et la terre, c’est un paysage à franchir et qui nous libère de l’enfermement.’


Michel Corajoud

16 juillet 2013

"Comment Metz s'est réinventé, les 10 projets qui changent la ville"

Nouvel Observateur du 2 au 9 mai 2013 - Stéphane Arteta -

 
Cliquer ici pour lire l'article

"U
ne ville imprégnée de son paysage

Lorsque je  traverse le centre de Metz, ma promenade  s’ouvre et se ferme sur les deux cartes postales de la ville: l’image patrimoniale du Moyen-Pont sur la Moselle, et l’image contemporaine du centre Pompidou près du pôle d’échange majeur de la gare.  Metz rassemble des paysages urbains remarquables, avec un enchaînement d’atmosphères urbaines caractérisées, très colorées : la ville verte et bleue  autour des rives de la Moselle, avec parfois des situations en à-pic remarquables, ouvrant des brèches profondes sur un paysage d’eau, de jardins et de rives limpides, pacifiques.
La ville du centre historique toute habillée de la pierre de Jaumont et son fourmillement de détails sur ses façades étonne par sa blondeur. C’est la ville dorée. La ville impériale lui fait écho et constitue un ensemble rare et remarquable où domine le grès des Vosges (et du palatinat). C’est la ville rose.
La ville de Metz est toute imprégnée de son paysage. Il y a d’abord  l’horizon des forts, avec par exemple le mont St Quentin, très présent, et l’ensemble des crêtes boisées qui  viennent  ourler la ville constituée. Il y a l’assiette agricole des plateaux et des échancrures cultivées qui s’insèrent encore dans la ville moderne. Il y a la percée des cours d ‘eau de la vallée de la Moselle. On a un sentiment de paysage fort à Metz, du fait de la configuration de la géographie : les forts, la colline du vieux centre, l’eau. C’est une ville vraiment baignée de paysage. Quel spectacle !
L’enjeu selon moi est que cette continuité ville-territoire ressentie puisse être maintenue et habitée. Il y a de beaux moments de paysage où la forêt vient se glisser dans la ville et où l’on ne sait plus s’il y a un jardin ou si c’est déjà la nature. 
Comment il y a des densités bâties, il y a des densités de paysage, des densités de nature : ce rapport doit rester fort pour maintenir la qualité de vie chère à l’agglomération. Tout développement se conjugue avec la préservation d’une assiette territoriale riche qui s’insère, par brèche, au coeur de la ville. Il y a lieu, dès lors, de maintenir cet équilibre paysage/création de ville neuve, en permettant au premier de qualifier la ville plutôt que de l’enserrer."

Sophie Boichat Lora le 20 avril 2013

16 juillet 2013

Metz Métamorphose d'une ville - Richard lioger

Richard Lioger, premier adjoint à l'ubanisme de la ville de Metz - avec P. Panerai, N. Michelin, J. Meyrignac, S. Boichat Lora

Richard Lioger, premier adjoint en charge de l’urbanisme de la ville de Metz (57), Vice-Président de Metz-Métropole, Conseiller régional de Lorraine et Président de la SAREMM-SEBL, raconte la métamorphose de la commune à travers une série d’entretiens menés auprès des urbanistes qui ont travaillé à ses côtés pour initier ce nouveau souffle. Julien MEYRIGNAC, Sophie BOICHAT-LORA, Nicolas MICHELIN et Philippe PANERAI, expliquent comment ils ont pris le pouls de la capitale régionale, comment ils se sont imprégnés de son esprit, avant de tracer ligne par ligne, les projets urbains en cours : ZAC du Sansonnet, Amphithéâtre, Borny, Coteaux de la Seille.

 http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2013/06/02/metz-work-in-progress



Clicuer ici pour lire l'article

Cliquer ici pour lire l'article

Cliquer ici pour lire l'article

01 juillet 2013

[ Interstice #13 ]

la toute-puissance du légume

'Ah mais ici, Mademoiselle, la ville s’arrête devant la toute-puissance du légume !'

Un potagiste …

16 juin 2013

Offre pour un Ensemble immobilier

Avenue de la Libération, Le Bouscat


Concepts de paysage :

Le tissage sur le Petit Espace Métropolitain : 
Le gradient minéral/végétal nous inspire l’idée d’un grand tissage de sol, composition rythmée alternant bandes minérales et bandes plantées qui dessinent des textures
de sols striées. Ainsi s’expriment différents gradients : franchement végétal, franchement minéral, et, entre, toutes les possibilités de nuances.
Il y a donc un tissage d’un grand nombre de qualités de sol ; l’impression donnée est celle de la porosité, de la continuité entre espaces.
Là, le sol peu à peu devient jardin, là il se concentre en un parvis, ici, de lanière en lanière, émerge doucement une aire de jeu : c’est l’archipel des salons urbains qui s’enchainent discrètement, rythmant l’espace public, ponctuant les flux.
La porosité des îlots-jardins
Sur l’ensemble des ilôts jardins, c’est l’idée de porosité qui est retenue, y compris pour la végétation qui se répand dans les jardins en continuité avec le site global.


L'équipe : 
Altarea Cogedim
Redman 
Groupe Artelia
Reichen et Robert et Associés, architectes  (Agnès Defer, responsable de projet)
Format Paysage, paysagistes.

http://www.atelier-format-paysage.com/projets/espaces-publics/le-bouscat

01 mai 2013

[ Interstice #12 ]

d’autres espaces

'Pour aboutir à d’autres espaces (…) il faut changer de méthodes et d’attitudes. Il faut prendre en compte les rêves, le désir d’enracinement, les différences, les créativités personnelles et collectives, bref, tout ce qui est évacué, habituellement au profit d’une foi dans la technique et d’une rigueur égalitaire.'

Lucien Kroll, revue Créé, 02.03.81
Cité par Renée Gailhouset, in Des racines pour la ville, Ed. de l’épine, 1998, Paris.

10 avril 2013

RENNES – LA COURROUZE ILOT D09 – « LES MORCEAUX DE LANDE »

Opérations préalables à la réception

 

Ville de RENNES, maître d’ouvrage
SCCV La Courrouze
L'équipe :
Reichen et Robert et Associés, architectes mandataires - Marc Warnery, Agnès Defer
GIREC,  BET
Format Paysage, paysagistes sous-traitant.

http://www.atelier-format-paysage.com/projets/jardins-lieux-de-travail/rennes

<<  1 [23 4  >>